Navigation | Camps d’internement de nomades

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Catégories

31 janvier, 2010

Conclusion générale du sort des tsiganes durant la seconde guerre mondiale

         A travers ce dossier, on constate que l’internement des tsiganes pendant la seconde guerre mondiale n’a été que le triste aboutissement de la politique de sédentarisation forcé des nomades souhaité par la majorité de la population française, mais cette volonté n’aurait pu que rester utopie sans l’intervention des pouvoirs publics français qui conduirent à la création de camps sur tout le territoire français. Cet épisode restera à jamais comme la plus grande trahison de l’histoire française puisque pour la première fois, on ne s’est pas contenté comme on l’avait toujours fait de désigner les nomades comme des voleurs, assassins, on les a rassemblé dans des camps où l’horreur de la guerre a conduit à leur sous-alimentation dans un premier temps puis à la déportation, suivant les camps, des hommes réquisitionnés par les Allemands pour aller travailler en Allemagne ; la plupart n’ont pas survécu. Certes, la portée de cet emprisonnement a été atténuée par des actions individuelles comme celles du père Jollec ou encore Fleury mais ces actions sont extrêmement rares comme des étoiles dans la nuit. Les témoignages de tous les nomades enfermés durant la seconde guerre mondiale s’accordent sur ce point : les français en général étaient relativement « contents » que ces nomades soient enfermés, ils pensaient qu’avec leur internement les vols de poules, enlèvements d’enfants allaient cesser. Enfin, ce que Jacques Sigot relate dans ses écrits est extrêmement peu flatteur pour la population, ici, de Montreuil-Bellay qu’il présente comme des personnes sans foi (alors qu’ils se présentaient comme des bons chrétiens) puisque d’après les témoignages des nomades du camp, la population montreuillaise se rendait le dimanche en famille au camp et se promenaient le long des barbelés en observant les nomades comme des animaux dans un zoo. Cette promenade dominicaine de la population locale a marqué très profondément les internés qui étaient déjà très affectés par le manque de liberté. Elle démontre le climat délétère qui régnait à l’époque aux alentours des camps d’internement ainsi que la peur qui accompagnait chaque libération de nomades.

Par Elrond le 31 janvier, 2010 dans Le peuple tsigane
1 commentaire

16 janvier, 2010

Les conséquences du fossé existant entre le nomade et le sédentaire.

             Les tsiganes ont toujours été stigmatisé par la société depuis leur arrivée d’Inde en Europe au XIII éme siècle, celle-ci les traitant de bandes de pillards sans vergogne qui enlèvent les enfants, pillent les fermes isolées. Cette mise à l’égard des populations nomades qui remonte selon la religion catholique à l’origine du monde  avec la légende de Cain et Abel a conduit à une montée progressive de la discrimination raciale de ces populations; d’abord par l’instauration sous la Troisième République du carnet anthropométrique qui permit de recenser les nomades, dont l’objectif avoué était leur sédentarisation et donc leur intégration. Mais comment forcer des personnes habitués à voyager depuis des siècles en communauté, dans des roulottes ,précaires « logements », en suivant les saisons, à la vie sédentaire, au « petit train-train quotidien »?Cette question que se sont posés tant d’hommes politiques,de sociologues avant mais aussi après la seconde guerre mondiale a conduit a l’exaltation des sentiments enfouis au plus profond de la noirceur humaine tel que le racisme envers les personnes ne vivant pas comme nous ou encore l’indifférence que les français ont appliqués avec tant de brio envers les nomades qui vivaient dans le plus grand dénuement à quelques kilomètres de chez eux. En effet, toute les différences entre nomades/sédentaires,société/communauté se sont « agglomérés » pour former ce que l’homme a construit de plus affligeant,immoral dans toute l’histoire de l’humanité au même titre que la bombe atomique pour d’autres hommes : les camps d’internement,de concentration et d’extermination de Juifs mais également de nomades.

Par Elrond le 16 janvier, 2010 dans Le peuple tsigane
Pas encore de commentaires

15 janvier, 2010

L’origine du peuple tsigane.

Les tsiganes, sont un peuple, qui habitait autrefois le nord de l’Inde. Au XIIIe siècle, ils furent obligés de quitter l’Inde à cause de l’arrivée d’envahisseur musulman. Ils partirent vers ouest, et trois siècle plus tard, ils atteignirent le détroit du Bosphore. A partir de ce moment, les tsiganes se divisèrent en trois groupe. Un groupe partit versle nord, et réduit en esclave par l’empire prussien, ces tsiganes furent nommés Yénishes. La plus grosse partie continua vers l’ouest où ils s’installèrent en majorité en Allemagne et en France, ce sont les Sintis ou plus connu sous le nom de « manouches ». Enfin le troisième groupe partit vers l’Espagne où ils se sédentarisèrent, ce fut les gitanos ou gitans.

Leur origine est difficile à définir, car leur histoire n’a pas été écrite sur papier, mais transmise par voie orale de génération en génération. En effet, bon nombre de légende entourent l’origine de ce peuple, comme le fait que ce soit les descendants de Caïn, fils d’Adam, ou encore du peuple des Atlantes. Cependant on a vus que leur lieu de résidence avant leur incessant voyage, était le nord de l’Inde.

Par Elrond le 15 janvier, 2010 dans Le peuple tsigane
Pas encore de commentaires

Je suis |
Le club des si blogueurs |
cap evs produits alimentair... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Café Philo Sophia - Maison ...
| b2igibiireponse
| promo afpa grec 2010